La vie avec une montre mécanique : Amis & ennemis

Remontage de la montre méchanique

Ca y est. Après tant de comparaisons, d’analyses et d’heures passées à vous renseigner, la montre mécanique qui vous fait vibrer et sourire est finalement à votre poignet. Félicitations ! Longue et belle vie à vous deux ! Qui sait, peut-être un jour pourrez-vous la transmettre à la prochaine génération ?. C’est en tous cas ce que nous vous souhaitons  !

Voici quelques règles de base pour que votre montre mécanique reste en forme olympique… pour longtemps !

Le remontage du mouvement

Toutes les montres mécaniques, qu’elles soient à remontage manuel ou automatique, ont besoin d’être remontées à un moment donné. Une pièce à remontage manuel nécessite une action de votre part tous les matins, ou les deux jours. Une montre automatique quant à elle devra l’être également, lorsque vous ne l’avez pas portée depuis longtemps.

Si vous êtes un peu comme nous, vous avez plus d’une montre. Il va nous falloir un minimum d’organisation, du coup. Afin d’optimiser la vie de vos pièces, il vaut mieux assurer que leur rouages soient correctement huilés et qu’ils fonctionnent bien. Tachez de ne les pas oublier dans un tiroir trop trop longtemps. Changez de temps en temps avant qu’elles ne soient pas triste… et que leurs roues et pignons fassent un peu de sport de temps en temps. Ça leur fait le plus grand bien, et permet aux huiles de ne pas sécher.

Protégez-la de ses pires ennemis

L’humidité, les chocs, et la poussière sont les pires ennemis de votre montre mécanique. Si vous vous baignez, enlevez votre montre, évidemment. En ce qui concerne les plongeuses, assurez-vous que la couronne est bien vissée et ne jouez pas avec les poussoirs s’il s’agit d’un chronographe… Bad idea !

Les chocs sont également un danger majeur pour votre montre. Que vous la fassiez tomber accidentellement, ou que vous fassiez du sport avec (y compris les sports «doux» comme le golf). Tous ces mouvements soudains ou brusques ne lui plairont pas. Même faire du vélo ou de la moto avec votre montre serait à priori à éviter, les vibrations à répétition ne lui feront jamais du bien…

Pour résumer,  nous pourrions dire qu’une montre bien huilée, bien au sec, loin des chocs et de la poussière est une montre heureuse.

L’horloger, un ami précieux

Pour assurer un bon fonctionnement, on vous conseille une révision chez l’horloger chaque 5 ans afin de vous assurer que ses rouages soient vérifiés, nettoyés et ajustés si besoin, et enfin huilés. Certaines montres n’ont pas été révisées depuis des décennies et fonctionnent très bien… c’est vrai. Faire réviser sa montre avant qu’il y ai de la casse ou que le mouvement soit tout sec reste le meilleur moyen de s’assurer de sa longévité.

Si jamais vous pensez qu’il y a un souci avec le mouvement de votre montre, qu’il ne fonctionne pas comme il devrait, ou si vous entendez des bruits étranges venant du boîtier, ne jouez surtout pas à « L’Homme qui murmurait dans l’oreille des montres » et allez voir l’horloger, votre meilleur ami… ou du moins celui de votre montre. 

Ne gâchez surtout pas tout en essayant de régler le problème vous même. Cela risque de vous coûter cher… très cher… et vous ne pourrez vous en vouloir qu’à vous même. Cette Speedmaster 321 ou ce vieux chronographe que vous avez mis si longtemps à dénicher vaut bien mieux que ça…

Il est donc judicieux d’investir en conseils et surtout en expérience et compétences. Vous ne le regretterez pas… surtout s’il s’agît des pièces à grande valeur sentimentale, qui elle, est inestimable.

Share this post

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *